étoiledefée

Claire et douce comme la poésie.
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La fausse innocence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adn



Messages : 196
Date d'inscription : 01/06/2008
Age : 78
Localisation : Maroc

MessageSujet: La fausse innocence   Lun 16 Mar - 8:55

La fausse innocence


Depuis que Bouboule fait partie de la famille, nous avons beaucoup de difficultés à conserver un jardin présentable. Chaque jour ou presque les massifs de belles de jour et les pelouses de kikouyou portent les cicatrices nouvelles de son activité d’inlassable fouisseur. Il doit y avoir une forte proportion de chien ratier dans l’ascendance de ce corniaud aux yeux jaunes, au poil raide, également jaunâtre à l’origine mais qui, depuis que cet animal couche sur le pavage de la terrasse, a pris une teinte tirant sur le rouge brique. Pour parfaire son portrait disons que sa truffe rose lui donne un petit air obscène et que l’intelligence ne semble pas être sa qualité principale, à telle enseigne qu’il faut vite s’éloigner dès qu’on a déposé devant lui sa gamelle, sous peine de recevoir un coup de crocs : Il n’a même pas la reconnaissance du ventre ! Pourtant la vue de ce bâtard poursuivi par les cris et les pierres d’un groupe de petits Arabes a ému le cœur de notre fils Yann. Il a couru dans la rue, a pris le petit chien dans ses bras et l’a ramené à la maison. Puis il nous a imposé l’adoption de celui qu’il appelait déjà son ami Bouboule.
En fait le plus dur pour Yann ne fut pas de nous arracher notre consentement mais bien plutôt d’obtenir l’accord tacite de Kouki, notre spécialiste familiale en matières de chiens. Ayant été adoptée elle-même il y a déjà quelques années, Kouki, ou ne devrais-je pas dire Kouki 2 – la première, sa propre sœur, nous ayant été volée au bout d’une semaine – était et est toujours la maîtresse incontestée des lieux. Je dois à la vérité d’ajouter que son règne a subi un indiscutable déclin lorsque Jean-Jacques nous a confié la garde de Pupuce. Jean-Jacques était colon dans le bled à quatre-vingt kilomètres de chez nous et Pupuce un énorme matou noir. La reprise des terres par le gouvernement marocain ayant entraîné le départ sans armes ni bagages de notre ami et de sa famille, son chat ne pouvant le suivre en France dans l’appartement qui serait son gîte pour plusieurs années, était devenu chez nous le maître de la maison. La truffe de Kouki en garderait longtemps la trace, et la méfiance de notre chienne à l’égard du chat noir serait profonde encore que de courte durée. De courte durée car Pupuce au bout de quelques semaines, s’était révélé un joyeux compagnon, se cachant derrières les buissons pour surprendre Kouki et Bouboule qui se lançaient alors dans une poursuite effrénée derrière lui… Et puis surtout parce que Pupuce a disparu : un beau jour on ne l’a plus revu. S’est-il mal acclimaté à la vie citadine, lui le blédard ou a-t-il fini ses jours sous les roues d’une voiture ?
Quoiqu’il en soit, Bouboule depuis son arrivée fait des trous dans le jardin et je dois le corriger en lui mettant le nez dans la terre fraîchement remuée, et reboucher les trous presque chaque jour. La pelouse parsemée de tâches brunâtres là où le kikouyou n’a pas encore repoussé, ressemble un peu à la peau d’un martien atteint de la rougeole. Chaque fois que je gronde Bouboule, Kouki grogne après lui et dès que je le lâche, lui administre elle-même une correction. Le pauvre bâtard qui n’a pas le droit d’accès à la maison, car il s’oublie sur les tapis chaque fois qu’on l’y laisse entrer, se sent d’une caste inférieure à celle de notre chienne, puisque cantonné au jardin alors qu’elle trône au salon où elle a son coussin… Aussi n’ose-t-il pas se rebiffer devant l’autorité de sa congénère mais s’enfuit-il en piaillant retrouver son coin de terrasse rouge brique en essayant d’éviter les coups de crocs…
Si encore Bouboule creusait pour enterrer des os, je comprendrais ce travail de sape même si je ne l’approuvais pas. Mais non, il paraît creuser sans but et cette dépense d’énergie, pour un travail de terrassement inutile, semble tellement incompréhensible à notre jardinier qu’il a surnommé le chien « El Mok » (le fou ) et qu’il me conseille de m’en séparer au plus vite. Ce n’est certes pas l’envie de suivre ce conseil qui me manque, mais Yann n’est pas prêt à donner son adhésion à un tel projet, aussi nous résignons-nous à vivre en permanence dans ce qui ressemble plus à un parcours de golf miniature, avec trous et bunkers, qu’au gracieux jardin à l’anglaise qu’avait rêvé mon épouse.

Hier, nous déjeunions chez des amis et il nous a fallu laisser les chiens dans le jardin. Avant de partir nous nous sommes penchés sur Bouboule pour lui recommander une dernière fois, avec menaces à l’appui, de respecter les fleurs et le gazon. Le plus simple aurait été évidemment de l’enfermer dans la maison, mais sa fâcheuse propension à lever la patte sur tout objet vertical, y compris les pieds de fauteuils et de tables – il a même une fois arrosé la jambe de mon pantalon ! – nous a empêché d’utiliser cette parade. Nous sommes donc partis, peu rassurés sur ce que nous trouverions à notre retour. L’ambiance de la réception, la chaleur de l’amitié et celle, artificielle, procurée par le vin de Boulaouane, nous ont vite fait oublier nos inquiétudes. Nous avons dégusté un délicieux repas, à l’ombre d’une tonnelle de bougainvillées en fleurs, entourés d’amis que nous avons toujours autant de plaisir à revoir. L’après-midi s’est écoulée comme un rêve et nous n’avons pas vu le temps passer. Ce n’est que lorsque des invités font leurs adieux que nous réalisons qu’il est largement l’heure de remercier nos charmants hôtes et de prendre congé. Sur le chemin du retour, tout heureux de cette bonne journée, nous échangeons nos impressions et nous félicitons d’avoir pu nous rendre à cette agréable réception.



Le soleil est déjà bas lorsque nous arrivons devant notre villa. La rue est calme et nous entendons parfaitement en descendant de voiture, la joyeuse bousculade que font nos chiens, derrière le portail du jardin, pour nous accueillir. Une fois la porte ouverte, le spectacle que nous découvrons nous arrache un «oh ! » de surprise et de colère. Au beau milieu de la pelouse, le massif d’anémone, objet des soins attentifs de ma moitié et du jardinier, est entièrement dévasté. A sa place, un énorme trou semblable à un terrier de renard s’enfonce profondément en biais dans le sol. Des restes de plants de fleurs et de kikouyou jonchent la pelouse, mélangés à la terre rougeâtre qui trace une longue traînée colorée sur le gazon épargné.
« Viens ici, sale bête » crions-nous à l’adresse de Bouboule. Celui-ci qui, agitant son arrière train de façon grotesque, venait chercher les caresses de son maître, se voit tout à coup bousculé et poursuivi par Kouki dont les grognements et les claquements de mâchoires ne présagent rien de bon. Bien décidés à fouetter l’incorrigible fouisseur, nous nous précipitons à la poursuite de nos chiens que nous arrivons à immobiliser dans l’entrée de la maison. Je m’apprête à lever la main sur Bouboule quand l’aspect de son museau et de ses pattes absolument propres me posent soudain un problème : Comment cet animal a-t-il pu creuser et garder les pattes si nettes ? La réponse me vient de là où je ne l’attendais pas, sous la forme d’un cri de surprise de ma femme. Elle me montre Kouki dont la truffe porte un épais enduit de terre rouge et dont les griffes des pattes antérieures disparaissent dans une gangue de glaise.
Qui a dit que les animaux ne sont pas menteurs ? Forte de sa position hiérarchique supérieure dans le clan familial, Kouki voulait faire retomber sur Bouboule la faute qu’elle seule avait commise, et elle nous avait joué avec aplomb la comédie de l’innocence indignée…….

adn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alaindn.free.fr
jeannette insurgé



Messages : 653
Date d'inscription : 26/05/2008
Age : 72

MessageSujet: Re: La fausse innocence   Lun 16 Mar - 12:46

je viens de passer un bon moment de lecture...

j'ai des rappots "priviligié" avec les animaux!! et là au fur et a mesure de ma lecture je voyais ce profiler ce qui m'a été cofimer a la fin.....

les animaux sont comme nous.... et quand une société n'est pas juste.....

on n'a pas le droit de "faire des différences!"avoir laisser cette dominatrice "chatier" un animal.... qui est en fait au m^me rang qu'ellle!

qu'elle mange la première ... soit! c'est a dire la gamelle qui lui appartient doit être posée la première et l'autre en deuxième... c'est la loi des animaux... elleest l'ancienne mais ils doivent manger en m^me temps, pas de favoritisme

les animaux ne respectent que "la justice"

quand a bouboule quand les choses seront devenue juste il deviendra le compagnon idéale

bon courage avec votre "dominatrice" la disparition du chat n'est sans doute pas un hasard!!!!

jeannette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pavot rouge



Messages : 2569
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: La fausse innocence   Mar 17 Mar - 4:17

Pourquoi les chiens échapperaient-ils à ce genre de comportement?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La fausse innocence   Aujourd'hui à 4:56

Revenir en haut Aller en bas
 
La fausse innocence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelle est la vrai quelle est la fausse
» Comment recouvrir un mur en fausse pierre
» Fausse ronde Sonnet N° 8 Danse
» Fausse monnaie grec des comptoirs grecs de Sicile
» Vraie Fausse omelette pommes de terre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
étoiledefée :: Nouvelles.-
Sauter vers: