étoiledefée

Claire et douce comme la poésie.
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le petit prince a grandi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lilo



Messages : 2152
Date d'inscription : 06/04/2008
Age : 23
Localisation : Dans un temps qui témoigne des temps mais qui n'en parle pas.

MessageSujet: Le petit prince a grandi.   Dim 18 Avr - 20:33

Vint un jour où il ne se souvint plus quand ni comment il était arrivé là. Ni de son âge. Ni de son nom. L’arbre l’appelait par un simple bruissement dans son feuillage. Perdu, l’usage de la parole, perdue, sa langue maternelle. Remplacés petit à petit par le verbe de la Terre, le langage des couleurs, des sons, des bruits et du toucher.

Il fut pris alors du désir de voir son corps. C’était la première fois. Il n’y parvint pas. Rien que de l’écorce, rugueuse, craquelée, odorante, sans âge. Ou plutôt, dans un effort intense de concentration, une image par intermittence, celle d’un corps nu, enfermé dans une chambre insalubre, fœtalement couché sur un matelas rongé par les années d’hibernation, posé à même le sol, contre un mur de moisissures.

Mais les questions n’existent pas dans la langue originelle.

Quels sens auraient-elles ?

Il savait son besoin de diriger, mais n’avait pas à le combattre. Son être n’était que pures sensations, souvenirs éternels, un cœur que ses yeux transperçaient d’éclairs, torturé par la finesse de sa peau, mais libéré des serres de la conscience, sorti du labyrinthe cérébral. Il pouvait s’élever à sa guise au dessus du Monde, et le contempler de ses sens aiguisés à l’extrême : il le sentait à travers chaque ramille, chaque feuille, jaune et desséchée ou tendre et verte, et la sève rapportait à son esprit somnolent images, odeurs et mouvements.

Il avait vu des villes émerger, gonfler, se tendre, bouillir, grouiller, dormir puis se réveiller, pour exploser enfin dans une acre odeur de poudre, dans un murmure vibrant d’uranium. Il avait vu des fourmis dévorer des géants, des tours s’écrouler sous des rafales d’avions, des mendiants étrangler des bourgeois hautains et indifférents devant leurs mains suppliantes, le monde terrorisé par quelques oppressés ayant perdu leur foi dans le martyre salvateur. Le soleil avait soulevé mille fois ses brûlantes paupières et les avait emportées au gré de ses rayons étincelants se rafraîchir à l’onde de cascades scintillantes, les larmes de la Lune mourante avaient coulé sur ses joues frissonnantes, la Terre lui avait susurré ses secrets d’un bruissement d’herbe, rugi ses colères dans de titanesques feux d’artifices, pleuré ses souffrances du bleu profond de ses immenses yeux noyés de pétrole.

Il avait goûté le sang sur le poignard des assassins, sur les machettes rwandaises, sur la peau des nouveaux nés ; il avait vu des couples s’enlacer au détour de ses racines, senti les désirs les plus noirs, vécu la terreur la plus mortelle. Les lances du pouvoir lui avaient crevé les artères, et le dégoût avait suinté de ses blessures. Il s’était effacé derrière le bouclier d’écorce.

Il n’était plus que douleur, passion, bonheur, ennui, sagesse. Arbre. Il avait appris ; il allait comprendre. Profonde certitude dans l’attente. Parfait laisser aller dans les moyens, ignorance absolue du comment. Les faits n’avaient plus d’importance, seul comptait le fond de l’Idée, l’impression laissée, l’encre déposée par l’instant sur les pages vierges de la mémoire, timides, fraîches comme l’aube rosée des printemps malaisiens, laissant pourtant pressentir le amok monstrueux, inexorable, la Mousson de pointes effilées prête s’abattre sur leurs poitrines dévoilées.

Une dernière goulée de sève l’arracha à ses méditations tortueuses. L’éther était pur et profond, la Terre plongée dans un silence enivrant, couverte d’un lourd manteau de brume qui le cachait pudiquement à la foule migraineuse des hommes, et le présentait, comme l’on présente un nouveau né à sa mère, aux brillantes pupilles des cieux. Elles semblaient l’accepter un instant dans leur scintillement maternel, puis détourner mélancoliquement le regard, pour disparaître aussitôt, happées par un mystérieux tourbillon aux eaux de jais. La sève engourdissait ses sens, ses paupières craquaient doucement sous le poids de ses cils noueux où naissaient les premiers bourgeons printaniers.

Il laissa l’écorce se refermer langoureusement. Bercé par la bise, il glissai mollement dans les bras voluptueux du bien ténébreux Morphée.

La première aiguille le sortit de sa torpeur matinale. Elle lui avait transpercé la cheville. Un grondement strident vrilla ses tympans feuillus. L’éclair d’une lame giratoire l’aveugla. Sa peau s’ouvrit sous les dents affamées du monstre fumant et la sève s’épancha sur le sol spongieux. Les milles aiguilles remontaient le long de ses veines, la douleur le submergeait telle une marée d’acide. Les images tourbillonnaient devant ses yeux encore embués par la rosée matinale, ses oreilles sifflaient, la terreur cerclait sa gorge. Dans un hurlement de fibres arrachées, le sol tournoya, et les eaux noires l’emportèrent dans leur danse envoûtante.

Son cœur se mit à briller d’une lumière apaisante.

*******

De temps à autres le journal matinal apporte aux foules asservies autre chose que la mort d’un peuple lointain, ou bien que les discours nauséabonds des tyrans au sourire adipeux… Aujourd’hui Newsweek publiait une anecdote comme sortie d’un rêve :

« Des ouvriers de la société de destruction chargée de raser la partie est du Bronx eurent hier matin une étrange surprise. Alors qu’ils inspectaient une tour à moitié effondrée depuis les bombardements contre la guérilla terroriste, ils découvrirent sous un tapis de feuilles, recroquevillé sur un matelas, dans une chambre recouverte par la moisissure, le corps nu de Francis Korfmann.
F. Korfmann, ex-PDG de la multinationale "Tombquard"inc, symbole de la suprématie américaine dans les années 1990, prototype du self-made man, qui avait défrayé maintes fois la chronique internationale par ses discours grinçants, son sarcasme, sa suffisance insolente, puis par sa mystérieuse disparition à la veille du onze septembre.
Le rapport d’autopsie précise quelques détails intrigants ; la mort semble avoir précédé de quelques heures à peine la découverte du corps. Le sang contenait un taux anormalement élevé en certaines substances à effet légèrement hallucinogène, présentes dans la résine de certains arbres tropicaux, disparus pour la plupart lors des grandes déforestations en Amazonie ; et les feuilles qui couvraient son corps provenaient indiscutablement du saule pleureur multi centenaire abattu quelques heures plus tôt sur Central Park. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pavot rouge



Messages : 2569
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Le petit prince a grandi.   Lun 19 Avr - 7:42

Très bel écrit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
freevole



Messages : 419
Date d'inscription : 08/04/2008
Age : 38
Localisation : dans 1 trou trop profond et brulant qu'on appelle la vie

MessageSujet: Re: Le petit prince a grandi.   Lun 19 Avr - 17:46

OUFFFFFFFFFFF c'est dur à lire ma lilo et jsais pas si j'ai compris quelque chose mais je reviendrai peut être le relire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chuppa chups



Messages : 145
Date d'inscription : 16/09/2008
Localisation : suisse

MessageSujet: Re: Le petit prince a grandi.   Mer 21 Avr - 16:46

pareil que freevole je capte pas le sens et je trouve trop long
tu peux pas le refaire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lilo



Messages : 2152
Date d'inscription : 06/04/2008
Age : 23
Localisation : Dans un temps qui témoigne des temps mais qui n'en parle pas.

MessageSujet: Re: Le petit prince a grandi.   Lun 26 Avr - 6:30

Oui j'avoue Embarassed tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shangaan



Messages : 947
Date d'inscription : 08/04/2008
Age : 80
Localisation : sur les chemins du monde

MessageSujet: Re: Le petit prince a grandi.   Lun 3 Mai - 16:03

Comme un besoin irrépressible de retour au sens originel. Nous ne sommes que des êtres du bon Dieu, des animaux intelligents qui après avoir atteint les sommets de la sophistication et du pouvoir ont un besoin naturel de revenir à la nature, aux choses simples, aux sensations les plus basiques.
Il y a le corps et l'esprit en nous, une formidable alchimie qui à la fois nous amène aux frontières de l'impossible, et nous détruit. La sagesse est de savoir composer avec les deux aspects de notre personnalité.
L'intelligence est la science de l'âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lilo



Messages : 2152
Date d'inscription : 06/04/2008
Age : 23
Localisation : Dans un temps qui témoigne des temps mais qui n'en parle pas.

MessageSujet: Re: Le petit prince a grandi.   Jeu 6 Mai - 22:20

Ô mon shangaan! tu as compris le sens... Je t'en remercie vraiment.
Gros bisous de ta petite fille.
amour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shangaan



Messages : 947
Date d'inscription : 08/04/2008
Age : 80
Localisation : sur les chemins du monde

MessageSujet: Re: Le petit prince a grandi.   Ven 7 Mai - 8:12

Eh oui, j'ai compris le sens de ton message, c'est si naturel te connaissant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
freevole



Messages : 419
Date d'inscription : 08/04/2008
Age : 38
Localisation : dans 1 trou trop profond et brulant qu'on appelle la vie

MessageSujet: Re: Le petit prince a grandi.   Sam 8 Mai - 14:24

ok je comprends maintenant(shangaan m'a mis sur la voix) en tous cas c 1 texte grandiose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doC-annibaL



Messages : 528
Date d'inscription : 17/04/2008
Age : 25

MessageSujet: Re: Le petit prince a grandi.   Dim 9 Mai - 15:13

grandeur et décadence, nous sommes bien minuscules dans c'monde, et si l'on se contentait de faire bien c'qu'on est capable d'faire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BLEDA



Messages : 427
Date d'inscription : 09/04/2008

MessageSujet: Re: Le petit prince a grandi.   Mer 12 Mai - 1:37

Cette histoire est magistralement mené avec plein de détails qui fait qu'on se demande si c'est pas un fait réel relaté.
Certains disent qu'ils ont pas compris mais je crois que c'est la flème de lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tonyves



Messages : 1597
Date d'inscription : 16/06/2008
Age : 59
Localisation : Calvados Normandie

MessageSujet: Re: Le petit prince a grandi.   Sam 15 Mai - 16:03

En lisant cette petite merveille je me suis dit qu'est quelle a grandit vite la petite Lilo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lilo



Messages : 2152
Date d'inscription : 06/04/2008
Age : 23
Localisation : Dans un temps qui témoigne des temps mais qui n'en parle pas.

MessageSujet: Re: Le petit prince a grandi.   Mar 18 Mai - 8:59

J'aurai surtout aimé des critiques afin de m'améliorer mais merci d'avoir lu un texte si long.
J'espère tony que je grandis dans le bon sens. tongue
amour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tonyves



Messages : 1597
Date d'inscription : 16/06/2008
Age : 59
Localisation : Calvados Normandie

MessageSujet: Re: Le petit prince a grandi.   Ven 21 Mai - 16:31

C'est une critique Lilo, positive mais c'est une critique je ne parlais pas du physique, nous ne nous sommes jamais rencontrés je parlai de ton écriture même si ta maturité dans tes écrits m'a toujours étonnée je trouve que dans ta façon d'écrire et aussi dans tes sujets choisis elle à encore grandit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NDB



Messages : 43
Date d'inscription : 16/05/2010
Age : 50

MessageSujet: Re: Le petit prince a grandi.   Ven 21 Mai - 19:14

Bravo pour ce texte, Lilo, je trouve aussi qu'il y a une très grande maturité dans ton écriture. La mort de Korfmann m'a fait penser au film Citizen Kane d'Orson Welles, quand, au début du film, le magnat de la presse meurt en murmurant "Rosebud", mot énigmatique dont on apprend à la fin que c'était le nom de son jouet d'enfance, son précieux traîneau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lilo



Messages : 2152
Date d'inscription : 06/04/2008
Age : 23
Localisation : Dans un temps qui témoigne des temps mais qui n'en parle pas.

MessageSujet: Re: Le petit prince a grandi.   Dim 23 Mai - 10:28

Pour mon papi la nature et nous, sommes tout à la fois identiques et indispensables à un équilibre et qu'il faut savoir s'imprégner de chaque élément de vie.
Je pleure pour un arbre brulé, je caresse une pierre, je respire la terre et surtout je leur parle.
Mon écrit me contient en fait.
Les arbres me fascinent depuis toujours et je trouve désolant que dans certaines villes ils soient coupés et déracinés pour soi-disant de l'esthétisme.
En fait il y a plein de choses dans cet écrit mais je les ai peut-être pas assez mises en valeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Only God Forgives



Messages : 218
Date d'inscription : 17/05/2013

MessageSujet: Re: Le petit prince a grandi.   Lun 3 Juin - 19:18

NDB tu gâches la fin du film le plus influent de tous les temps. :p
Sinon, c'est remarquablement bien écrit, rien à redire. Bravo !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florent



Messages : 411
Date d'inscription : 10/04/2008

MessageSujet: Re: Le petit prince a grandi.   Mar 4 Juin - 0:11

J'étais passé à côté de ce chef d'oeuvre oui oui, je le pense.

_________________
Un sourire suffit-il toujours?

.
Bonjour à toi Invité sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le petit prince a grandi.   Aujourd'hui à 23:57

Revenir en haut Aller en bas
 
Le petit prince a grandi.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un petit dragon
» Presentation Sangohan-petit
» Petit dejeuner dans le parc
» Petit jeu pour enrichir son vocabulaire en lingala....
» Un petit 50 pour Lyon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
étoiledefée :: Nouvelles.-
Sauter vers: