étoiledefée

Claire et douce comme la poésie.
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 METAPHORE/ LE PETIT PUITS/ 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jeannette insurgé



Messages : 653
Date d'inscription : 26/05/2008
Age : 72

MessageSujet: METAPHORE/ LE PETIT PUITS/ 6   Jeu 31 Juil - 8:38

Et puis enfin la grande masse, ils se contentent de ce qui passe, pas méchants, pas rêveurs, pas compliqués, ils vivent comme ils peuvent, exploitent ce qu’ils ont sans se poser de questions, de bons vivants dit- on. Ils surmontent la fatalité, subissent et oublient…… ils arrivent à être heureux !

- Alors petit puits cette fois commences-tu à comprendre vraiment ce que le chien veut que tu comprennes ?
- Eh bien, oui, mais vois-tu cela me navre car il y a, je pense des choses que le chien ignore.
- Ecoute, répondit le chat, tu vas pouvoir régler cela, car, regarde, le voilà justement qui arrive ! Je te laisse, petits puits et je sais qu’avec le chien tu es entre de bonnes mains.
Sur ces paroles le chat, de son air majestueux et nonchalant, la queue en panache ses yeux d’or pleins de tendresse, partit en ondulant. On aurait dit, en regardant ses longs poils soyeux, le blé se balançant sous le vent !

Arrivé, le chien prit le temps de s ‘asseoir. Il regarda longuement le puits, il semblait attendre, alors le puits se lança :
- Bonjour le chien, j’ai longuement parlé avec le chat. Je crois que je comprends mieux où tu veux en venir. Je vais te faire une confession, après, ma foi, tu me diras …
Alors voilà : quand tout le monde venait chercher de mon eau dans ma jeunesse, je m’étais attaché à ces humains qui gravitaient autour de moi.
Certains étaient gentils. Mais il y en avait UN en particulier. Sa personnalité différente était perceptible, toujours en retrait par rapport aux autres. Occasionnellement, il chantait des chansons de Luis Mariano, avec une voix grave et chaude.
Le soir, après que tout le monde s’était couché, il venait se réfugier sur la margelle et l’on discutait à bâtons rompus. Il avait des yeux vert couleur
de l’eau. C’était un rêveur, un romantique, doux et sincère, il vivait dans son monde à lui, nous partagions ce monde, et l’osmose était totale.
Il s’est passé ce que tu sais, tous ont déserté. Il a suivi, moi je suis resté avec mes regrets, ma peine et ma solitude. Ce fut très dur !
Mais que faire d’autre ? Alors tant bien que mal puisque j’avais pas le choix, inlassablement j’ai continué.
Il y a trois ans comme d’habitude, j'étais un peu hors de tout. Je vis arriver un homme, il était hésitant, il bredouillait, il n’en revenait pas. Et là, à mesure qu’il parlait la vie revenait en moi, tous les souvenirs remontaient à la surface, c’était LUI !
Il était très ému, ses yeux brillaient de larmes, il me dit :
- C’est incroyable ! A part cette cascade de fleurs qui te recouvre, tu es resté le même !
Il voulait tout savoir de moi, ce que j’avais fait. Se renseignant auprès de ceux qui étaient autour de moi. Incroyable me dit-il je te retrouve comme je t’ai laissé !
Une pure fraîcheur, tout en toi respire la sincérité, le réconfort. Tu comprends, tu fais partie de moi, tu es ma mémoire, ma thérapie.
Oui je me souviens, il a dit thérapie !
Puis il m’a expliqué. Depuis il ne vit plus, il est malheureux etc....

Je savais qu’il était sincère, je revivais avec lui toute cette atmosphère. C’était mon passé qui remontait, enfin je n’avais pas tout perdu comme je le croyais, de nouveau j’avais confiance. C’était merveilleux, miraculeux, je renaissais. Plus personne ne me reconnaissait.
Tu te souviens, tous vous me disiez :
- C’est formidable tu t’es remis à fredonner

Moi enfin j’avais retrouvé l’espoir.
Nous avons repris notre complicité, cela a déplu à notre entourage : Alors la guerre a commencé, ils lui ont mis la pression.
Ceux qui l'avaient rejeté, exploité, méprisé.

Il ne venait plus me voir qu’ en cachette comme un voleur : pas la force m’a t-il dit de leur tenir tête. Il avait besoin de se ressourcer près de moi. Il était désolé de sa faiblesse mais il ne pouvait pas faire autrement, je devais comprendre.

Une fois de plus rejeté, trahi, et cette fois c’est comme si du vinaigre brûlant avait été versé sur toutes mes plaies, j'avais tout compris !

Voilà le chien, tu sais pourquoi de nouveau j’ai arrêté de chanter, je suis bête je sais !
Mais comment fait-on pour oublier quand on se sent trahi et abandonné ?
Tu peux me répondre toi ? Comment fait-on pour retrouver la confiance ?
Je me sens si fatigué
Maintenant le chien c’est à toi de me répondre, si tu le peux, moi j’ai beau chercher je ne comprend pas. Je ne faisais de mal à personne, juste un peu de chaleur, de réconfort, d’espérance, de tendresse, en quoi cela dérangeait « les autres » ?

a suivre..

jeannette insurgé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nicole chaput



Messages : 1945
Date d'inscription : 08/04/2008
Age : 70
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: METAPHORE/ LE PETIT PUITS/ 6   Ven 1 Aoû - 1:56

Very Happy de ce partage, mais que c'est triste cette part de vie qui aurait du être le bonheur, Cet homme ne venait que boire à la source. Oui ça fait mal, la trahison insoutenable.Ton amie Nicole tendresse... kiss kiss heart heart heart heart heart Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
METAPHORE/ LE PETIT PUITS/ 6
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le petit puits (7) ... et FIN!!!
» METAPHORE/ LE PETIT PUITS/ 4
» METAPHORE/ LE PETIT PUITS/ 1
» puits feuilletés à la confiture
» Un petit dragon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
étoiledefée :: Nouvelles.-
Sauter vers: