étoiledefée

Claire et douce comme la poésie.
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Isolement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grégou



Messages : 569
Date d'inscription : 01/08/2008
Age : 35
Localisation : Dans les steppes nordiques françaises

MessageSujet: Isolement   Dim 24 Aoû - 12:48

Un grondement acariâtre, le ciel clame sa colère. Les nuages pèsent bas sur ma tête, lourds comme un couvercle. Devant moi, s’étend cette esplanade comblée de mille grisés pavés. Je me retourne une dernière fois et contemple cette antique église, gage de dogmes échus. Je quitte ce pavillon d’un endroit bercé par la mélancolie et tourmenté par les affres passées. Je laisse derrière moi bien plus qu’une bâtisse, j’abandonne mon ancienne vie emplie de félicité, je m’éloigne d’une promesse bleuie d’un amour comblé.
Les cloches entament leurs tintements, hélas leurs lancinants cris n’ont, pour écho, aucune chaleureuse oreille ni même quelconques lieux accueillent. Elles ne rencontrent que pour morne réponse les chagrins du ciel. Peu à peu je me m’égare dans cette pleine déserte. Les clapotis des larmes des cieux qui fracassent le sol se mêlent, dans une valse effrénée, à la voix grave de mes pas. Ces pas si pesant, si affreusement lestés, qui résonnent grossièrement comme pour tenter de combler un vide insondable. Ma tristesse est indicible, invisible, translucide ! Elle se mélange si bien avec les apitoiements du toit nuageux. A présents, même les malins tourments m’ont oublié, ils m’ont laissé seul avec cette insidieuse mélancolie qui ne veut me fuir. Ma solitude m’est devenu isolement, et je me surprends à déclamer en pleurant encore et encore un monologue à un dieu qui n’a que faire de mes ressentiments :



« Les cieux se sont vêtus de leur long manteau gris,
Et tel les barreaux d’une prison, cette pluie.
Un morne rideau ne prenant aucun répit
Berçant mon âme d’une tristesse infinie.

Dans ce paysage où tout semble arrêté,
Où résonne le bruit d’une bruine éhontée ;
Que je m’aperçois qu’un vide m’a enserré
Et, qu’en fait, à quel point je demeure esseulé.


Morne Solitude compagne de la mort,
Tu es omniprésente même quand je dors.
Pourquoi la vie m’a-t-elle réservé ce sort ?
Mon égoïsme, ne fût-il point là mon tort ? »




Pourtant personne ne m’entend, personne ne me répond ! Je demeure seul avec pour unique compagne ma triste et fidèle mélancolie. « Je t’en supplie quitte mon esprit » je lui hurle ! Que lui importe, elle demeure sourde et amusée. « Je suis le seul responsable ! » me rétorque-t-elle doucereusement… Une solitude pour un minable caprice ! Quelle ne fut point là une ineptie des plus morbides. Je regrette, par pitié écoutes-moi ! Par pitié pardonnes-moi ! Je te supplie de me croire, Mon amour, je regrette ! oui………..je regrette…..


Grégou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pavot rouge



Messages : 2569
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Isolement   Dim 24 Aoû - 17:16

Quel écrit! Et ce mariage prose et vers est des plus heureux. Merci l'ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beftekir



Messages : 92
Date d'inscription : 07/08/2008

MessageSujet: Re: Isolement   Dim 24 Aoû - 18:26

Cette poésie est géantesque et c'est la première fois que je perçois vraiment les regrets la solitude à travers un écrit.
Plus que bravo je dis chapeau!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
douceur1



Messages : 560
Date d'inscription : 29/06/2008
Age : 62

MessageSujet: Re: Isolement   Lun 25 Aoû - 2:29

Grégou a écrit:
Un grondement acariâtre, le ciel clame sa colère. Les nuages pèsent bas sur ma tête, lourds comme un couvercle. Devant moi, s’étend cette esplanade comblée de mille grisés pavés. Je me retourne une dernière fois et contemple cette antique église, gage de dogmes échus. Je quitte ce pavillon d’un endroit bercé par la mélancolie et tourmenté par les affres passées. Je laisse derrière moi bien plus qu’une bâtisse, j’abandonne mon ancienne vie emplie de félicité, je m’éloigne d’une promesse bleuie d’un amour comblé.
Les cloches entament leurs tintements, hélas leurs lancinants cris n’ont, pour écho, aucune chaleureuse oreille ni même quelconques lieux accueillent. Elles ne rencontrent que pour morne réponse les chagrins du ciel. Peu à peu je me m’égare dans cette pleine déserte. Les clapotis des larmes des cieux qui fracassent le sol se mêlent, dans une valse effrénée, à la voix grave de mes pas. Ces pas si pesant, si affreusement lestés, qui résonnent grossièrement comme pour tenter de combler un vide insondable. Ma tristesse est indicible, invisible, translucide ! Elle se mélange si bien avec les apitoiements du toit nuageux. A présents, même les malins tourments m’ont oublié, ils m’ont laissé seul avec cette insidieuse mélancolie qui ne veut me fuir. Ma solitude m’est devenu isolement, et je me surprends à déclamer en pleurant encore et encore un monologue à un dieu qui n’a que faire de mes ressentiments :



« Les cieux se sont vêtus de leur long manteau gris,
Et tel les barreaux d’une prison, cette pluie.
Un morne rideau ne prenant aucun répit
Berçant mon âme d’une tristesse infinie.

Dans ce paysage où tout semble arrêté,
Où résonne le bruit d’une bruine éhontée ;
Que je m’aperçois qu’un vide m’a enserré
Et, qu’en fait, à quel point je demeure esseulé.


Morne Solitude compagne de la mort,
Tu es omniprésente même quand je dors.
Pourquoi la vie m’a-t-elle réservé ce sort ?
Mon égoïsme, ne fût-il point là mon tort ? »




Pourtant personne ne m’entend, personne ne me répond ! Je demeure seul avec pour unique compagne ma triste et fidèle mélancolie. « Je t’en supplie quitte mon esprit » je lui hurle ! Que lui importe, elle demeure sourde et amusée. « Je suis le seul responsable ! » me rétorque-t-elle doucereusement… Une solitude pour un minable caprice ! Quelle ne fut point là une ineptie des plus morbides. Je regrette, par pitié écoutes-moi ! Par pitié pardonnes-moi ! Je te supplie de me croire, Mon amour, je regrette ! oui………..je regrette…..


Grégou

et bien Grégou en voilà un bon coup de coeur mon cher
je ne saurais de mes simples mots te dire ce que je ressens apres cette lecture, je te dirais simplement que je suis en éveille
et je dois revenir te lire une et deux autres fois.

Pour moi c'est un grand coup de coeur poétique !

Chapeau a toi ! j'adore siffler siffler siffler siffler siffler
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aureil



Messages : 792
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Isolement   Lun 25 Aoû - 20:17

Pavot rouge a écrit:
Quel écrit! Et ce mariage prose et vers est des plus heureux. Merci l'ami.
je le trouve pas heureux moi Crying or Very sad des XXX quand l'amour est parti trop loin il reste sourd a la détresse mais les erreures qu'on fait serve
pour plus les refaire et rebatir l'avenir.
j'ai lu et traduit jusque au bout heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégou



Messages : 569
Date d'inscription : 01/08/2008
Age : 35
Localisation : Dans les steppes nordiques françaises

MessageSujet: Re: Isolement   Lun 25 Aoû - 20:22

Merci à tous, je n'imaginais pas véhiculé tant de choses via un écrit.

Pour rebondir sur Aureil, c'est vrai que les erreurs devraient nous constituer une partie de nos fondation pour une construction plus pérenne. Hélas, les erreurs sont le genre de choses que l'on exécré et que, finalement, on finit par ranger dans un coin perdu dans sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Isolement   Lun 25 Aoû - 23:58

Si à 27 ans tu écris de cette façon je peux affirmer avec joie et bonheur que la poésie s'enrichit et mourra jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Grégou



Messages : 569
Date d'inscription : 01/08/2008
Age : 35
Localisation : Dans les steppes nordiques françaises

MessageSujet: Re: Isolement   Mar 26 Aoû - 8:14

M@DNS : J'ai effectivement 27 printemps et je te prie de croire que je susi sidéré (au bon sens du terme) par le commenraire que tu me postes ! Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re-création



Messages : 127
Date d'inscription : 09/05/2008
Age : 38

MessageSujet: Re: Isolement   Mar 26 Aoû - 9:26

Yahya me disait hier qu'il te vouais une admiration certaine, sache que je le comprends tout à fait...tu sembles possédé par un maître de la poésie, néanmoins je n'arrive guère à mettre de nom...par contre je rejoins l'avis d'Aureil pour te dire que c'est véritablement triste et amer...ça m'a fendu le cœur...Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Mes amitiés...Sam.

kiss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tonyves



Messages : 1597
Date d'inscription : 16/06/2008
Age : 60
Localisation : Calvados Normandie

MessageSujet: Re: Isolement   Mar 26 Aoû - 22:50

tu me surprends une fois de plus grégou et me confirme dans ma pensée que tu es un grand parmi les grands
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégou



Messages : 569
Date d'inscription : 01/08/2008
Age : 35
Localisation : Dans les steppes nordiques françaises

MessageSujet: Re: Isolement   Mar 26 Aoû - 23:09

Sam, Tonyves, c'est trop d'honneur pour un seul homme...
Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nicole chaput



Messages : 1945
Date d'inscription : 08/04/2008
Age : 70
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: Isolement   Jeu 28 Aoû - 20:58

C'est un honneur mérité, du talent dans ta plume , continue de nous captiver. Okana tendresse... sun sun sun j'adore kiss heart heart heart heart heart heart heart heart heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Isolement   Aujourd'hui à 8:50

Revenir en haut Aller en bas
 
Isolement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis l’isolement … je ne suis qu’une idée confuse...
» l' isolement
» Aide AVP
» [King, Stephen] Salem
» Emmanuel Carrère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
étoiledefée :: Poésie triste-
Sauter vers: